Brigitte MARTEL, fondatrice de l’ESOG, développe, depuis 30 ans, sa pratique thérapeutique auprès des personnes en difficulté sexuelle.

Formée initialement aux thérapies reichiennes puis à la Gestalt dans deux instituts successifs (CIFP avec Noël Salathé et à l’EPG), puis à la sexologie dans le cadre de la SFSC, elle a développé, dès 1990, dans le cadre de l’EPG (École Parisienne de Gestalt) des stages expérientiels et didactiques ayant pour thème la sexualité.

Au cours de ce parcours, elle a rencontré beaucoup de psychopraticiens démunis sur l’accompagnement des thématiques sexuelles.

Elle a publié en 2004 son premier livre, « Sexualité, Amour et Gestalt » où elle souligne comment certains concepts de la Gestalt (l’agressivité positive ou le cycle du contact, par exemple) peuvent aider les thérapeutes qui accompagnent les difficultés sexuelles. Ce livre est maintenant traduit en plusieurs langues. La troisième édition, parue en 2019 s’intitule « Pratiquer la sexothérapie ».

En 2009, elle prend sa retraite de l’équipe de direction de l’École Parisienne de Gestalt et se consacre à créer, avec Jean-François GERVET, des stages pour les couples tout en continuant à animer des stages en France et à l’étranger.

En 2014, elle envisage de créer une école pour transmettre aux thérapeutes les bases de son travail. Elle s’associe d’abord avec Jean-François GERVET, puis avec Martine MASSON et Sydney GOURDET. De leurs discussions du printemps 2014 naît l’École de Sexothérapie à Orientation Gestaltiste (ESOG). La société est juridiquement créée en Août 2014.

Assez vite, l’enseignement est structuré en trois cycles, les cycles 1 (cycle préparatoire), 2 et 3. Maintenant, les cycles 2 et 3 sont appelés année 1 et année 2 de la formation. Les deux années ne sont pas dissociables.

Parallèlement, l’ESOG se développe à l’étranger. Ses animateurs sont appelés à Moscou en 2014-2015 pour animer une formation de spécialisation aux problématiques sexuelles pour des psychothérapeutes

A Kiev, en Ukraine, l’ESOG est également appelée pour mener une formation de spécialisation aux problématiques sexuelles, selon le modèle des spécialisations prescrit par l’EAGT (Europan Association of Gestalt Therapy). D’autres interventions se poursuivent à Barcelone et au Kazakhstan.

Enfin, l’ESOG, soucieuse de renforcer continument la pertinence et la scientificité de son enseignement, crée, en 2020, un comité scientifique pour l’aider à améliorer cet enseignement.